SD-WAN : 6 points essentiels à savoir avant tout déploiement

14 octobre 2021

Analyse

La technologie SD-WAN répond aux besoins croissants de faire évoluer les infrastructures réseau pour soutenir la transformation digitale des entreprises. Mais comme toute innovation, la performance des réseaux étendus par logiciel (SD-WAN) atteint son apogée si tous les besoins et freins organisationnels de l’entreprise sont clairement identifiés et mesurés en amont de son exploitation. Avant de vous lancer, voici 6 idées reçues sur la mise en place d’un SD-WAN que nous avons rencontrées sur le terrain et auxquelles vous devez absolument prêter attention.
Les réseaux étendus par logiciel (SD-WAN) deviennent indispensables pour soutenir la transformation digitale des entreprises Les réseaux étendus par logiciel (SD-WAN) deviennent indispensables pour soutenir la transformation digitale des entreprises

Idée reçue N°1 : Le SD-WAN est 100% ZTP (Zero Touch Positioning).

Vrai, mais… La technologie ZTP fait toujours appel à minima à des ressources humaines pour tester le mode opératoire sur les sites pilotes avant le déploiement industrialisé (le “run”). Le SD-WAN est révolutionnaire, dans le sens où il offre un provisionnement sans intervention humaine grâce à la configuration de templates à distance. Cela en réduit considérablement les coûts. Comme tout projet informatique, le bon déploiement d’un SD-WAN nécessite que la phase build intègre en amont les contraintes du run pour bénéficier pleinement des avantages du ZTP.

Idée reçue N°2 : La phase de conception est un process agile.

Vrai et faux. Le déploiement peut être agile si la phase de conception a bien identifié les besoins et les freins liés à l’infrastructure physique informatique de l’entreprise. Il s’agit des besoins métiers, de l’environnement (site hybride ou uniquement MPLS[GLM1] ) et du type d’intégration (environnement existant du client ou refonte totale). Cette phase peut être longue. Pour cela, les équipes du build (ou de conception) et du run (ou d’exploitation) ont tout intérêt à travailler ensemble dès la phase de conception pour définir l’architecture du système, améliorer les coûts de son cycle de vie et prévenir les risques liés à son exploitation.

 

Idée reçue N°3 : Le déploiement SD-WAN ne nécessite pas de cadrage de projet.

Faux. Dans tout projet d’intégration informatique, la phase de build nécessite impérativement un cadrage de projet (ressources humaines, délais, coûts) avant le passage au run. L’identification des besoins de l’entreprise et de son architecture, puis l’élaboration du mode opératoire d’intégration nécessitent d’être rédigées et suivies scrupuleusement tout au long du projet. Sans cadrage, les freins non levés ou les besoins non évoqués dans la phase de conception risquent de pénaliser le bon déploiement du projet. Le retard de sa mise en service peut même en impacter la productivité de l’entreprise. Il est donc essentiel de se limiter au déploiement de ce qui a été conçu. Tout besoin complémentaire qui surviendrait en cours de déploiement devra être traité dans le cadre d’un autre projet.

 

Idée reçue N°4 : Le SD-WAN améliore la bande passante.

Faux. Le SD-WAN est souvent pensé comme un logiciel d’amélioration de la bande passante. Subtilité de langage, il peut davantage optimiser la bande passante que l’améliorer véritablement. Le SD-WAN peut déterminer automatiquement le nombre de liaisons à répartir selon les logiciels métiers utilisés par l’entreprise (possibilité d’augmenter le nombre de liens et/ou mixer les diverses technologies (4G/5G, fibre, MPLS…par exemple). Ainsi, l’optimisation du flux entre les liaisons garantit la disponibilité des services, et conjointement l’amélioration du ressenti utilisateur. En bref, si une entreprise souhaite améliorer la bande passante – et dans le cas où sa liaison est mauvaise – le changement de liaison se révèle la solution.

 

Lire aussi notre article « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le SD-WAN, sans oser le demander »

 

Idée reçue N°5 : Le SD-WAN impose de revoir la stratégie de sécurité de l’entreprise.

Vrai. Le déploiement de la technologie SD-WAN induit la mise en place d’une stratégie de sécurité adaptée à la taille, à l’activité et au degré de risques auxquels l’entreprise est exposée. Chaque organisation possède sa propre stratégie de sécurité. En effet, l’exposition aux risques cyber varie selon la typologie des sites et les réseaux utilisés par les entreprises (hybride ou MPLS). Dans le cas de réseaux hybrides, l’exposition aux risques cyber est plus forte avec l’utilisation des réseaux grand public (Internet), contrairement à un réseau d’opérateur privé MPLS. Selon les exigences propres à chaque organisation, les niveaux de services concernés au sein de l’entreprise et le budget alloué, des briques de sécurité peuvent être ajoutées dans les logiciels pour protéger l’ensemble du système informatique des risques de cyber-attaques.

Idée reçue N°6 : Tous les constructeurs SD-WAN répondent efficacement à tous les besoins.

Faux. À toute solution informatique ses spécificités, le choix d’un constructeur n’est pas anodin. Chaque entreprise a besoin de bien connaître ses besoins métiers, ses ressources humaines et les risques liés à son environnement avant de choisir le constructeur le plus apte à l’accompagner tout au long de l’exploitation du logiciel SD-WAN. D’ailleurs, le support et l’exploitation sont – eux aussi – des points importants à intégrer dès la phase de conception du projet. Avant de vous lancer, rapprochez-vous d’intégrateurs pour identifier les fabricants de solutions SD-WAN les plus à même de répondre à vos besoins.

 

Lire aussi notre article « Télétravail : Le SD-WAN plus essentiel que jamais »

Conclusion

Quels que soient les environnements d’entreprise et les types d’intégration, les DSI visent toutes le même eldorado : la réussite totale de la mise en service d’un SD-WAN. L’équilibre est à trouver entre les objectifs de la phase build et les contraintes de la phase run. Retenons principalement qu’une phase de conception bien pensée, avec des besoins bien identifiés – via un audit – conditionne la réussite d’un projet de déploiement de réseaux étendus par logiciel.

Besoin de plus d'informations

Antoine Feltz
Antoine Feltz

Responsable nouveaux Business Wifi

Antoine Feltz est responsable nouveaux Business Wifi chez Hub One, en d’autres termes il est en charge de l’évolution des produits wireless et de leur développement commercial. C’est un sportif passionné de course à pied et de ski. Son gadget préféré, c’est sa liseuse qui lui permet de passer des moments plus calmes en dévorant de bons ouvrages !

Pour recevoir la documentation Hub One adaptée à vos besoins

Le présent site stocke des cookies et autres traceurs sur votre équipement (ci-après dénommés « cookies »). Ces cookies sont utilisés par Hub One pour collecter des informations sur la manière dont vous interagissez avec le site et établir des statistiques et des volumes de fréquentation et d’utilisation afin d’améliorer votre parcours en tant qu’utilisateur.

Vous pouvez choisir de ne pas autoriser certains types de cookies, à l’exception de ceux permettant la fourniture du présent site web et qui sont strictement nécessaires au fonctionnement de ce dernier. Pour accepter ou refuser l’utilisation des différentes catégories de cookies (à l’exception de la catégorie des cookies strictement nécessaires), rendez-vous dans les Préférences cookies.

Vous pouvez à tout moment revenir sur votre autorisation d’utilisation des cookies (Préférences cookies).

Le refus de l’utilisation de certains cookies peut avoir un impact sur votre utilisation du site.


En savoir plus : Politique cookies
Préférences cookies
Refuser tous les cookies
Accepter tous les cookies