Le télétravail risque de faire apparaitre une nouvelle ligne de fracture dans les entreprises
18 juin 2020

Actualité

Le télétravail risque de faire

apparaitre une nouvelle ligne de fracture dans les entreprises

En deux mois, et dans le contexte d’une crise sanitaire pandémique, les entreprises ont dû s’adapter du jour au lendemain à des conditions de travail inédites. Jamais autant de salariés français (30% des actifs en poste [1].) n’auraient expérimenté le télétravail en si peu de temps sans le confinement. Mais cette situation n’est pas sans conséquence sur les organisations.

Depuis quelques années, la digitalisation bat son plein. De plus en plus de métiers voient leurs processus se dématérialiser, avec une gestion à distance facilitée par l’évolution des technologies réseau et celle des outils du numérique. Durant la période du confinement, nous avons beaucoup entendu parler de ces métiers exercés depuis le domicile, avec de grandes annonces émanant notamment des GAFA.

Mais ces effets d’annonce passent sous silence le fait que plus des deux tiers des Français n’ont pas accès au télétravail. Au-delà de l’usine de production ou du secteur agricole que nous avons tous en tête, de nombreuses professions n’y sont pas éligibles. Et au premier rang duquel celles de la santé, du commerce, de la logistique au sens large, des forces de l’ordre ou de la distribution du courrier. Aucun de ces métiers ne peut s’exercer à distance, derrière un écran.

 

De l’utilité du bureau physique au sein de l’entreprise

La crise COVID 19 a dessiné une nouvelle ligne de fracture entre les salariés en télétravail, avec tout ce que cela implique en matière de confort personnel et d’accès aux outils digitaux, et ceux dont le métier l’interdit. Pour la première fois, cette fracture se crée au sein de chaque entreprise, entre les différentes professions qui la composent. Dans les grands groupes comme dans les TPE – PME.

De mon point de vue, si nous n’y prenons pas garde, cette ligne de fracture peut mettre à mal la cohésion sociale des organisations. Quand un bureau physique fournit les mêmes conditions de travail à tous les salariés, le télétravail tend à exacerber les inégalités entre les ménages les plus aisés et les foyers les plus modestes, les ruraux ou les citadins. L’atomisation des équipes fragilise également la mission d’insertion et le rôle social de l’employeur. L’immersion dans les milieux professionnels et les brassages que cela génère s’en trouvent inévitablement réduits à leur plus strict minimum.

La question du télétravail interroge donc en creux l’utilité du bureau et les interactions physiques qui s’y déroulent. Pour moi, le bureau est un lieu d’énergie, de créativité, créée par le collectif. C’est l’endroit où se construit le sens de l’entreprise, où se créent sa culture et le sentiment d’appartenance à un groupe. Cela met aussi en valeur la place du hasard ! Dans une visioconférence, tout est programmé : l’horaire, le nom des participants et le déroulé. Alors qu’au bureau, le hasard amène les collaborateurs à rencontrer dans les lieux de vie, dans les couloirs ou dans l’ascenseur des personnes qu’ils n’auraient jamais rencontrées dans le cadre de leurs activités respectives.

 

De la nécessité de faire évoluer le management

Peut-on envisager un capitaine qui n’aurait que des interactions virtuelles avec ses soldats ? Non, bien sûr. Le travail à distance des collaborateurs questionne le management et le leadership en entreprise. L’exemplarité peut-elle être transmise à distance ? Comment le manager peut-il accompagner efficacement son équipe pour la faire progresser ? En visioconférence, à des horaires programmés, cela reste possible bien entendu, mais les temps informels en dehors de la routine n’ont pas leur pareil pour équilibrer les échanges et aborder les sujets du quotidien.

Avec la généralisation du télétravail, il subsiste un risque non négligeable de perdre à terme la dimension humaine du management. Avec pour seul moyen d’évaluation, les résultats, le fait de s’assurer que le collaborateur atteigne 100% de ses objectifs. Mais quelle place laisse-t-on à l’erreur et à l’accompagnement des équipes ? Sans management efficace, les salariés les plus isolés risquent de perdre leur motivation, leur implication, avec une réelle difficulté à y faire face.

Quand bien même le télétravail pourrait s’avérer une source de confort pour les collaborateurs les plus privilégiés, celui-ci doit s’organiser en tenant compte de tous les enjeux de l’entreprise : le respect de l’égalité des salariés face aux conditions d’exercice de leur métier, le brassage social, la création d’un esprit de groupe et le maintien de la dimension humaine du management, entre autres. Quant au bureau physique, parfois décrié, il gagnerait à être revalorisé pour lui donner davantage de sens dans la vie de l’entreprise.

[1] Enquête OpinionWay-Square Management pour Les Echos et Radio Classique


Guillaume de Lavallade
Guillaume de Lavallade

Directeur Général

Depuis mai 2018, Guillaume de Lavallade occupe le poste de Directeur Général chez Hub One. Possédant un esprit sportif, c’est dans la pratique du ski et du running qu’il se dépense. Amateur d’Opéra, son gadget technologique préféré est son enceinte Phantom de Devialet. D’autre part, Guillaume de Lavallade utilise régulièrement l’application de préparation physique 7MWC qui propose un contenu sportif complet en temps limité.

Pour recevoir la documentation Hub One adaptée à vos besoins

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser