Transport : faut-il des voies réservées aux poids lourds ?
9 octobre 2018

Analyse

Transport : faut-il des voies

réservées aux poids lourds ?

Avec plus de 280 milliards de tonnes kilomètres (t-km) sur l’année, soit plus de 10 % du transport européen, plusieurs solutions peuvent être mises en place pour optimiser l’industrie du transport routier de marchandises en France. Les États-Unis et certains pays d’Europe franchissent le pas d’un réaménagement de cette industrie plusieurs fois centenaires, notamment en réfléchissant à un système de voies réservées aux poids lourds.

 

Le transport de marchandises, une des clés de l’économie française et internationale

 

À elle seule en France, l’industrie du transport routier de marchandises pèse plus de 53 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Avec plus de 400 000 emplois et plus de 37 000 entreprises, cette industrie fait partie des plus importantes du pays. Ce secteur économique est également très important dans les autres pays d’Europe et du monde. Sur les quelques 280 milliards de t-km acheminés chaque année dans le pays, près de 25 % sont consacrés au transport de produits agricoles et agro-alimentaires. La chaîne logistique française dans son ensemble a donc besoin de cette industrie pour fonctionner.

Pourtant, si des efforts ont été consentis de part et d’autres entre professionnels du secteur pour améliorer la sécurité routière, la fiabilité des transports ou encore pour réduire les émissions de CO2,  les autorités françaises, privilégiant le transport de personnes avant tout, semblent frileuses à suivre les exemples d’autres pays du monde qui ont fait le choix d’investir des sommes colossales dans une nouvelle vision de leur transport de marchandises.

 

Premiers essais de voies réservées et de platooning encourageants

 

Depuis plusieurs années, et notamment depuis 2016, plusieurs industriels et constructeurs de poids lourds comme DAF, IVECO ou encore SCANIA s’allient pour réfléchir ensemble à de nouvelles solutions de transport de marchandises, avant tout pour en optimiser les coûts globaux, mais également pour améliorer la sécurité des chauffeurs routiers et des automobilistes qu’ils peuvent croiser.

Ainsi, ils ont créé un projet de platooning (le convoi de camions semi-autonome en peloton), baptisé ENSEMBLE qui devrait être opérationnel dès 2021. À partir de mi-2018, la première année de ce projet sera consacrée à l’établissement des besoins réels de trafic routier de chaque participant. Viendront ensuite les transmissions de ces besoins aux équipementiers du secteur qui auront la charge de quantifier et de budgétiser la démocratisation de ce nouveau système de transport de marchandise. Enfin, dès 2021, les essais concrets seront mis en place, vraisemblablement aux Pays-Bas.

Les différents professionnels du secteur de transport de fret peuvent d’ores et déjà s’appuyer sur les résultats encourageants de l’Allemagne en matière de platooning. Depuis plusieurs mois en effet, le professionnel de la logistique DB Schenker et le constructeur de poids lourds Man Truck&Bus s’associent pour faire leurs essais de camions semi-autonomes connectés entre eux et se déplaçant en peloton, en Bavière. Roulant d’abord à vide lors des premières expérimentations, ces camions seront chargés et opérationnels pour poursuivre les tests entre deux villes bavaroises dès cet été.

 

L’État de Géorgie aux USA, premier du pays à tenter la voie réservée aux poids lourds

 

Les axes routiers particulièrement engorgés de poids lourds se situent également aux États-Unis. Plusieurs États, dont l’État de Géorgie, ont décidé de déployer les grands moyens pour fluidifier la circulation sur leurs autoroutes. Avec un investissement record de plus de 2 milliards de dollars et un chantier prévu sur au moins 4 ans, la Géorgie a décidé de créer une à deux voie(s) supplémentaire(s) sur certaines portions d’autoroutes.

Ces nouvelles voies seront exclusivement destinées aux poids lourds et seront séparées du reste de la circulation par une barrière théoriquement infranchissable. Elles relieront la banlieue d’Atlanta à la ville en plein développement économique de Macon, soit près de 65 km. Les intérêts à cette création sont multiples : outre le désengorgement des voies de circulation, ces nouvelles voies permettront d’acheminer plus rapidement et plus simplement de nombreuses marchandises et de sécuriser le transport en général. En effet, ces voies seront également équipées de capteurs qui informeront en temps réel les routiers sur ces axes pour leur indiquer les éventuels embouteillages et ralentissements, afin qu’ils puissent modifier leur parcours si cela leur est possible.

Pas de projet de voies réservées pour le transport de fret en France ?

 

Malgré cet engouement à l’international pour les véhicules semi-autonomes et les voies de circulation réservées, il semblerait que la France soit relativement réfractaire aux investissements très conséquents liés à cette modification en profondeur de l’industrie du transport de marchandises. Les voies réservées à un certain type de circulation sont en chantier dans l’Hexagone, mais elles ne concerneront que les bus et les taxis dans un premier temps, avant de s’ouvrir au covoiturage.

 

Ces développements seront progressivement mis en place d’ici à 2020 en région Île-de-France sur 11 axes parmi les plus fréquentés, comme l’A1, l’A10 et la RN118 pour ne citer qu’eux. Si l’initiative de fluidification des axes routiers pour les particuliers est à saluer, la problématique du transport de marchandises risque, à terme, de renforcer la concurrence des transporteurs français.

 


Pierre MASQUELIER
Pierre MASQUELIER

Business Dev Manager

Pierre MASQUELIER est Business Development Manager chez Hub One. Il est en charge des solutions de traçabilité et de suivi (pilotage en temps réel des livraisons, ramassage des marchandises, suivi des interventions de techniciens de maintenance). Pierre est un amateur de sport. Il pratique le squash durant une heure pour se détendre et décompressé un soir par semaine et le weekend, mais l’activité sportive qu’il préfère, c’est le sport automobile ! Une passion qu’il a depuis plusieurs années. Toutes sortes de véhicules sont passées entre ses mains à l’occasion de sorties circuit en tant qu’amateur (Porsche, Formule France, Fun Cup, BMW et Mini préparées). Ce qu’il aime, c’est le pilotage associé à l’adrénaline que ces sensations lui procurent et la maîtrise des véhicules avec leurs particularités. Son gadget préféré : son smartphone qui lui permet de rester connecter partout, et qui ne lui sert pas qu’à téléphoner comme pour beaucoup d’entre nous…

Pour recevoir la documentation HubOne adaptée à vos besoins

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser
X
Solution de télétravail