Les opérateurs mobiles doivent-ils encore miser sur le wifi ?
2 novembre 2015

Actualité

Les opérateurs mobiles doivent-ils encore miser sur le wifi ?

Dans le contexte actuel – la suppression des frais de roaming, l’ère du Wi-Fi gratuit et de la 4G, le Wi-Fi présente-t-il toujours un intérêt pour les opérateurs mobiles ?

Dans le début des années 2000, à une époque où la technologie de data mobile du futur était l’EDGE, de nombreux opérateurs se sont intéressés au Wi-Fi, soit en déployant des réseaux, soit en permettant à leurs abonnés de les utiliser, via des accords de « roaming ». Il s’agissait alors d’un service différenciateur, permettant aux abonnés de connecter un PC lors de déplacements sur des réseaux Wi-Fi (qui étaient payants sinon).

Depuis, presque tout a changé : pourquoi les opérateurs mobiles continuerait-ils à faire « roamer » leurs abonnés 4G sur des réseaux Wi-Fi ?

 

Le « Roam Like Home »

La régulation européenne, la concurrence et l’émergence du concept du forfait font que les opérateurs proposent de plus en plus des forfaits data incluant le surf à l’étranger. Ce sont généralement des offres spécifiques destinées à des voyageurs, comme AT&T Passport, qui pour 60$ par mois, propose les SMS illimités à l’étranger, un tarif préférentiel sur la voix, 300 Mo de 3G/4G et les Wi-Fi partenaires en illimité.

Dans un marché ultra-concurrentiel comme la France, Free Mobile inclut dans son forfait à 19,99€/TTC le surf depuis certains pays étrangers, notamment l’UE et les USA. On est bien loin des tarifs à l’usage qui disparaissent progressivement, atteignant parfois des milliers d’euros par giga-octet.

Dès lors, les acteurs ayant forfaitisé le roaming ne cherchent plus à augmenter, mais à réduire les usages de data mobile à l’étranger. Ou alors, à les basculer en Wi-Fi via des accords de roaming ad-hoc, où le méga-octet peut coûter jusqu’à 10 à 20 fois moins cher qu’en 3G/4G. Ce sera encore plus vrai en 2017, une fois que les opérateurs de télécommunications Européens ne pourront plus facturer de roaming à l’étranger à leurs utilisateurs.

Le marché du roaming étant appelé à représenter 90 milliards de dollars en 2018 d’après Juniper Research, on perçoit tout l’enjeu de réduire ses coûts d’achat pour un opérateur mobile, et cela passe (en partie) par le Wi-Fi.

 

Les Full MVNO

De nombreux MVNO (opérateurs mobiles virtuels) ont disparu en France suite à l’arrivée de Free Mobile sur le marché début 2012. Mais en parallèle, les acteurs ayant conservé des ambitions ont migré sur un modèle dit « Full MVNO », permettant à leurs abonnés de surfer sur plusieurs réseaux, en optimisant notamment leur coûts d’achat. En France, EI Telecom (NRJ Mobile entre autres), qui reste indépendant des groupes télécoms, revendiquait 1,4 millions d’abonnés en France. Mêmes causes, mêmes conséquences ! Le modèle commercial étant là aussi forfaitisé, le levier pour améliorer sa marge n’est pas tant d’augmenter les usages que de diminuer ses coûts. Ces acteurs ont donc un intérêt évident à conclure des contrats de roaming Wi-Fi auprès des gros opérateurs Wi-Fi.

 

La Haute Densité

L’explosion des usages du smartphone, conduisant sur certains sites à des croissances de trafic à trois chiffres, a rendu sur certains environnements (stades, parcs d’expositions, aéroports, centres commerciaux, …) très difficiles l’utilisation de réseaux 3G et 4G. Ces sites étant par ailleurs de plus en plus équipés en réseaux Wi-Fi haute densité financés par leurs gestionnaires, les opérateurs mobiles ont tout intérêt à s’appuyer sur ceux-ci pour délivrer un service correct à leurs abonnés.

 

Passpoint

Enfin, plusieurs démarches des acteurs du secteur ont conduit à l’émergence de la norme Passpoint. Elle vise à rendre l’itinérance de la 3G/4G au Wi-Fi adaptée au smartphone et complètement standard. Là où historiquement elle faisait appel à des technologies peu normalisées et avec une expérience utilisateur perfectible. Si en Europe, les accords Passpoint sont rares, on peut observer qu’aux Etats-Unis, les acteurs opérant des lieux stratégiques comme les aéroports concluent des accords de roaming Wi-Fi Passpoint avec les opérateurs mobiles. Le besoin de réduire ses coûts d’achat roaming, l’émergence de la haute densité et Passpoint font que le business du roaming Wi-Fi est amené à conserver une certaine vigueur, en renouvelant totalement son business model. Mais compte tenu de la complexité des accords et interconnexions à mettre en œuvre avec des opérateurs mobiles, seuls les leaders du marché qui opèrent de gros réseaux Wi-Fi stratégiques ou des agrégateurs devraient arriver à tirer leur épingle du jeu.

 

 


Jean-Christophe BUDIN
Jean-Christophe BUDIN

Directeur Business Line Wireless

Jean-Christophe BUDIN est Responsable Business Line Wireless chez Hub One. Il est fan de Led Zeppelin et pratique la guitare depuis l’âge de 17 ans. Il a un répertoire musical très large, ce qui lui permet de découvrir des univers très différents. Dans la vie, c’est un homme curieux et passionné par les nouvelles technologies. Son gadget préféré : Wikipédia. Pour lui, c’est un site de partage qui regroupe de nombreuses informations lui permettant de satisfaire sa curiosité dans n’importe quel domaine.

Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser