L’enseignement supérieur fait sa révolution numérique !
Publish: 28 juillet 2015 Rencontre

L’enseignement supérieur fait sa révolution numérique !

Rencontre avec M. Jean-Guy BERNARD, Directeur général de l’École de Management de Normandie (EM Normandie).

Qu’attendent les nouvelles générations d’étudiants des grandes écoles de l’enseignement supérieur ?

Vous savez, les nouvelles technologies ont singulièrement modifié les habitudes d’apprentissage. Tout le monde constate aujourd’hui que les jeunes n’ont pas la même capacité d’écoute et d’attention que leurs aînés. Par exemple, ils ne sont plus capables de rester assis dans un amphithéâtre le temps d’un cours magistral traditionnel, quelles que soient les qualités de l’enseignant.

Et puis l’accès à l’information ayant évolué, les nouvelles générations d’étudiants ne sont plus tout à fait vierges de connaissances. Grâce à la vulgarisation de l’information sur Internet, ils n’hésitent pas à challenger les professeurs en leur posant des questions extrêmement précises sur tel ou tel sujet.

Les grandes écoles doivent s’adapter à ces comportements et faire évoluer leur façon d’enseigner si elles veulent séduire les nouvelles générations. Cela passe notamment par l’intégration des techniques du numérique dans l’enseignement.

La transformation digitale de l’EM Normandie s’est concrétisée par la naissance de la SmartÉcole®, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Oui, bien sûr. Nous avons lancé La SmartÉcole® il y a maintenant trois ans, en intégrant le digital à grande échelle dans notre pédagogie. Cela fait de nous de véritables pionniers en la matière. Tous les étudiants du Programme Grande Ecole de l’EM Normandie reçoivent une tablette numérique lors de leur admission au niveau licence et Master 1. Les cours ont été repensés et intègrent autant que possible de nouveaux vecteurs médiatiques tels que la vidéo, les serious games, les quizz et l’Internet. L’avantage du multimédia, c’est que les étudiants peuvent à tout moment revenir par eux-mêmes sur tel ou tel élément du cours s’ils ne l’ont pas compris.

Avant cela, voilà maintenant douze ans, nous avions créé avec l’université de Caen Basse-Normandie INGENIUM, un service commun de production d’outils multimédia sous une forme associative. Il s’agissait pour nous de fabriquer des produits de formation initiale et de formation professionnelle en mode e-learning.
A l’époque déjà, notre idée était d’étudier les bénéfices potentiels des toutes premières technologies numériques de masse. En 2011, nous avons lancé le Programme Grande Ecole EM Normandie en formation continue entièrement accessible à distance. Une première en Europe pour un programme diplômant de ce niveau !

Aujourd’hui, la cellule de production de ces modules e-learning a été internalisée au sein de l’EM Normandie et nous nous sommes engagés dans une rénovation pédagogique profonde.

 

Campus du Havre - © EM Normandie
Campus du Havre – © EM Normandie

Comment s’est déroulé l’accompagnement des enseignants dans la transformation de leur métier ?

Naturellement, nous avions anticipé l’accompagnement du corps professoral pour leur permettre de mettre en place, d’harmoniser ou de créer de nouveaux outils pédagogiques, mais nous avons été agréablement surpris par leur enthousiasme. La plupart d’entre eux ont trouvé un intérêt à la fois intellectuel et pratique de participer à l’évolution de leur métier.

Notre plus grosse surprise est venue de nos étudiants. Les digital natives savent très bien surfer sur les réseaux sociaux ou jouer en ligne, mais ils doivent presque tous être accompagnés dans la professionnalisation de leurs usages des outils numériques.

Trois ans après son lancement, quel est votre premier bilan sur la SmartÉcole® ?

Nous avons un excellent retour qualitatif sur la progression pédagogique des étudiants. Les tests, les examens que nous avons pu mener, montrent que les étudiants de La SmartÉcole® améliorent leurs connaissances par rapport à un enseignement de type plus classique.

Des ressources pédagogiques ont également pu être co-créées avec les étudiants, sous le contrôle et l’appréciation de leurs professeurs. Les meilleures réalisations ont d’ailleurs été mises à la disposition de l’ensemble de la communauté pédagogique.

 

Etudiants EM Normandie - ©Alexis Chezieres
Etudiants EM Normandie – ©Alexis Chezieres

Selon vous, quels seraient les deux conseils à donner aux entreprises qui amorcent leur transformation digitale ?

Je les inviterais à faire une étude approfondie de leurs réseaux. Nous avions bien anticipé l’évolution de nos propres réseaux, mais nous avions clairement sous-estimé leur dimensionnement. Lorsque les étudiants étaient tous connectés à leur tablette, que le personnel administratif et les enseignants travaillaient sur leurs ordinateurs et que les smartphones étaient en activité, la puissance des réseaux devenait critique.

Ensuite, je leur conseillerais de ne pas opposer le numérique à la pratique historique de leur activité. Les deux doivent être en synergie au bénéfice des utilisateurs finaux. Dans le cas concret de l’enseignement, les outils numériques sont des moyens supplémentaires d’apprendre ou d’aborder de nouvelles notions, dans un cadre pédagogique bien défini. Si l’enseignement ne reposait que sur le numérique, sans l’intervention d’un professeur par exemple, l’effet pourrait être dévastateur : le risque serait de produire des étudiants « surfeurs ». Le numérique doit se combiner à l’enseignement traditionnel pour enrichir, sensibiliser et nourrir une réflexion.

 


Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser
X
Paris rental week