La santé connectée n’est pas pour demain…mais pour aujourd’hui
17 juillet 2015

Rencontre

La santé connectée n’est pas pour demain…mais pour aujourd’hui

3 questions à Karol Ziółkowski, responsable commercial de l’offre e-Health chez Comarch

 

 Karol Ziółkowski
Karol Ziółkowski

Attention aux idées reçues ! L’internet des objets n’est pas une problématique uniquement réservée au grand public et aux loisirs. C’est même tout le contraire, avec un fort développement dans les applications professionnelles, y compris la santé. Karol Ziółkowski, responsable de l’offre e-Health chez Comarch, éclaire sur le potentiel et les avantages de la télémédecine, qui grâce à la connectivité permet de suivre les patients au quotidien…et depuis leur domicile.

 

 

Monsieur Ziółkowski, bonjour. Pouvez-vous présenter la société Comarch, et son développement récent dans les nouvelles technologies de la e-santé?

Nous sommes une entreprise polonaise créée en 1993, spécialiste du software, de l’intégration et de la création de solutions IT. Comarch compte 4300 employés avec une activité dans 40 pays dont la France, et opère sur un large spectre d’activités, comme le secteur des télécommunications, de la banque, des administrations, mais aussi la santé. En 2011, nous avons d’ailleurs créé un département spécifique dans ce domaine. C’est le début d’une nouvelle aventure pour nous, avec une offre E-Health qui est en plein essor, dans un marché encore très fragmenté.

Dans son portefeuille, Comarch possède différentes solutions innovantes de télémédecine, qui permettent d’assurer le suivi des patients et des malades chroniques à distance via les transmissions sans fil. Cela va bien au-delà des applications  que l’on peut trouver sur smartphone. Un appareil comme le PMA (Portable Medical Assistant) est un dispositif totalement mobile, léger et porté en permanence par le patient. Doté d’électrodes, il permet de suivre l’activité cardiaque d’une personne à distance en temps réel, sur de longues durées. Cela représente une amélioration importante de la qualité de vie, car les patients n’ont plus besoin de prendre rendez-vous, de se déplacer et de passer du temps à l’hôpital, ils sont monitorés depuis chez eux ou où qu’ils soient. Et sur un plan économique, cela évite l’engorgement des hôpitaux.

 

Quel est le potentiel de la santé connectée ? Et quels sont les débouchés permis par cette transformation numérique ?

Le pôle santé de Comarch est jeune, mais sa croissance est à deux chiffres. Nos appareils et nos services sont destinés à des patients touchés par des maladies chroniques, ce qui représente une cible très large. Et la connectivité permet d’être toujours proche d’eux, ou qu’ils soient. Prenons le PMA, qui comporte un GPS et une carte SIM. Si le patient perd connaissance, il est possible de le localiser immédiatement. L’appareil peut repérer les arythmies cardiaques, et contacter immédiatement le patient ou les secours si besoin.

Le deuxième appareil mis au point est le HMA, le Home Medical Assistant qui est un véritable hub sur lequel il est possible d’ajouter des périphériques médicaux bluetooth pour réaliser des examens journaliers ou classiques (thermomètre, spiromètre, mesure du taux de glucose pour les diabétiques, etc.). Le HMA recueille et transmet les données à distance directement au médecin via les réseaux type GSM ou wifi. Elles sont traitées et consultables sur le e-care center, une solution logicielle qui est le véritable cerveau du système, et permet d’accéder à l’historique de chaque patient. Cette plateforme a été créée pour être aussi simple à utiliser que possible par les professionnels de santé.

 

Ces avancées technologiques et la connexion à distance offrent de vrais avantages différenciants. Mais comment vous positionnez-vous en matière de protection et transfert des données, des domaines particulièrement sensibles dès que l’on touche à la santé ?

En matière de protection des données et des protocoles, tous les matériels que nous mettons au point sont validés et certifiés par l’Union Européenne, ce qui signifie qu’ils peuvent être utilisés dans de nombreux pays. La transmission des données s’effectue via les réseaux Wifi, LAN et GSM, ce qui ne nous empêche pas d’explorer d’autres pistes. 350 personnes sont à pied d’œuvre dans notre pôle santé, et le meilleur est encore devant nous. Nous travaillons avec des fabricants réputés de matériel médical, pour pouvoir intégrer et étendre le nombre de périphériques sans fil dans notre écosystème. D’ailleurs Comarch possède une véritable clinique à Cracovie, équipée avec nos produits et nos interfaces.  Car ils doivent pouvoir être gérés à la fois par des spécialistes IT, mais aussi, et évidemment par des médecins.

 

Nos solutions sont centrées autour de la facilité et de l’amélioration de la qualité de vie via la santé connectée et la mobilité. Lors d’une opération de grande ampleur menée avec la BPH GE Capital , une importante banque polonaise nous avons assuré le suivi cardiaque de leurs employés à l’aide de nos outils de monitoring sans fil. Et cela a permis de déceler des problèmes masqués chez certains d’entre eux, et de les orienter vers les services médicaux compétents.

 


Grégory MOTTIER
Grégory MOTTIER

Grégory Mottier est DSI du groupe Hub One. Il a deux passions dans la vie : les nouvelles technologies et la Suède qu’il a découverte lors de sa vie étudiante. On peut qualifier Gregory de Geek ! Il a toutes les technologies possibles et inimaginables : montre connectée, smartphone, ordinateur portable, tablette… Il aime l’innovation, le développement, l’internet des objets et les méthodes agiles. Son gadget préféré : un serveur Rasberry Pi. C’est un micro serveur personnel qui lui permet de faire de la domotique, de la vidéo surveillance, et contrôler ses objets connectés.

Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser