La 5G bientôt dans les tuyaux ?
27 janvier 2017

Analyse

La 5G bientôt dans les tuyaux ?

Avec un débit beaucoup plus puissant et un temps de latence réduit, la 5G doit permettre d’accompagner et de développer des nouveaux usages du mobile par les entreprises et, plus largement, la société. Ses mérites sont vantés par tous les opérateurs. Mais que va réellement apporter la 5G ? 

 

L’arrivée de la 5G, autrement dit la 5ème génération des standards techniques pour la téléphonie mobile, commence à se préciser et pourrait être opérationnelle avant 2020. Elle commence à être très attendue, notamment en raison de la consommation toujours grandissante des données mobiles et du Boum des objets connectés. Le développement des smart cities dépend également du développement de la 5G, qui permettra de répondre aux différents cas d’usage qu’elles appellent (connectivité à faible consommation d’énergie, débit élevé à bord des trains à grande vitesse, véhicules autonomes…).

 

La 5G : qu’est-ce que c’est ?

Le standard 5G n’est pas encore officiellement défini, mais on connaît déjà son profil. Si les générations précédentes misaient tout sur le débit, la 5G sera une combinaison de plusieurs améliorations. Elle sera capable d’agréger des capacités radios de différents protocoles existants. Par exemple, elle pourra venir en continuité de la 4G et du Wi-Fi. En France, Orange mène une expérimentation 5G à Belfort depuis l’an dernier. Et depuis le mois d’octobre, l’américain Qualcomm a réussi un gros coup médiatique en annonçant la sortie du X50, le premier modem 5G pour smartphones. Une sortie qui ne se concrétisera pour le grand public qu’en 2018, date de l’intégration dans les premiers terminaux.

 

Quelles évolutions techniques pour la 5G ?

Côté technique, la 5G promet d’offrir un débit de 10 GB/seconde, soit plus que la fibre optique offerte en résidentiel. En termes de temps de latence, les promesses annoncées sont de moins d’une milliseconde, contre quelques dizaines aujourd’hui. Le signal quant à lui, sera capable d’être opérationnel même dans un train roulant à 500 km/h. Compte tenu de la multiplication des objets connectés, la 5G va aussi intégrer les échanges d’informations à basse consommation d’énergie. Mais avant d’en arriver à un tel déploiement, des spécifications devront être fixées. Un premier lot (Release 15) est attendu au deuxième semestre 2018, et un autre (Release 16) doit tomber fin 2019. Des bandes de fréquences devront être identifiées au niveau international, puis attribuées aux opérateurs afin de mettre en œuvre les larges canalisations requises par cette nouvelle norme ; l’écosystème matériel pourra alors émerger sur la base de ces éléments.

La 5G intégrera des fonctionnalités de « network slicing » qui permettront un découpage virtuel au sein d’un même réseau. Par exemple, un même réseau pourra comporter à la fois un sous- réseau A (pour les smartphones), un sous- réseau B (pour l’IoT, avec une très faible consommation d’énergie et des débits faibles) et un sous-réseau C, pour des applications militaires critiques à forte résilience. .

 

Le déploiement de la 5G va s’effectuer de manière progressive, sans rupture, en intégrant les réseaux existants, avec des implémentations logicielles et l’ajout de nouvelles fréquences au fur et à mesure. Cette nouvelle génération s’appuiera notamment sur les très hautes fréquences des bandes dites « millimétriques » qui requièrent, de par leurs propriétés de propagation, des déploiements massifs d’antennes miniatures, en particulier en milieu urbain, et qui n’auront rien à voir avec les massives antennes juchées en haut des immeubles. 

 

Et pour quels usages ?

Pour les entreprises, la 5G contribuera à renforcer la performance opérationnelle (notamment via  l’IoT et le déploiement de capteurs dans les infrastructures : température, ouverture de porte, géolocalisation…), stimulera l’économie et permettra de démultiplier le nombre de données valorisables. La télémédecine ou encore le développement des voitures connectées (qui ont besoin d’échanger des informations en temps réel avec une très faible latence) profiteront du déploiement de la 5G. Les particuliers pourront quant à eux, regarder en streaming des vidéo 4K sur leur téléphone ou disposer de données massives dans le cloud par exemple. 

 

La 5G devrait donc voir le jour plus tôt que prévu. Cependant ses usages nécessiteront de mettre en place tout un écosystème complexe. Donc oui, la 5G c’est pour bientôt, mais il va falloir être patient avant d’en percevoir tous ses bénéfices. 

 


Michael COHEN
Michael COHEN

Michaël Cohen est Responsable du Développement Stratégique. C’est un fervent utilisateur de technologies numériques, à la fois matérielles (serveurs NAS, balance connectée, hifi dlna…) et logicielles (uber, instagram, agar.io, wordament, citymapper ou twitter). Plus original, c’est aussi un passionné des thés rares. Grâce aux nouvelles technologies, il peut aller les dénicher directement à Taiwan, au Japon et en Chine, et parfois même, directement chez les petits producteurs. Même s’il a de nombreux gadgets, ses favoris restent tout de même le couple formé par son « casque audio antibruit et son lecteur portable FLAC (et non MP3 !) audiophile ». Ils le suivent partout et lui permettent de profiter d’une qualité audio inégalable !

Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser