Comment rentabiliser un drive et arrêter de perdre de l’argent ?
15 septembre 2016

Innovation

Comment rentabiliser un drive et arrêter de perdre de l’argent ?

Les drives connaissent une progression galopante en termes d’implantation, mais peinent à trouver l’équation de la rentabilité économique. L’utilisation de la technologie et plus précisément la mise en place de systèmes de commande vocale et d’optimisation des parcours offrent un potentiel important pour améliorer la préparation des commandes, point central dans la structure de coût.

Le drive en  France : ce sont des chiffres vertigineux pour un canal de vente apparu timidement il y a 15 ans seulement, un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros en 2015, des ventes en progression de 20% par an chez Leclerc par exemple, et près de 3500 sites sur tout le territoire pour venir récupérer les courses effectuées en ligne. Mais malgré ce tableau d’ensemble impressionnant, un point noir subsiste, et il est de taille. A de très rares exceptions, les drives ne gagnent pas d’argent car ils sont pour l’instant un centre de coûts.

La rentabilité a longtemps été mise de côté, la priorité étant d’occuper le terrain, et de s’implanter plus rapidement que le concurrent. Mais maintenant que la saturation des emplacements se profile, cette variable ne peut plus être mise de côté, sachant que la moitié des coûts d’un drive sont représentés par les salaires. Et pour gagner de l’argent avec un drive, qui n’est ni plus ni moins qu’un entrepôt de marchandises isolé, ou accolé à un magasin, la préparation des commandes est un point clé pour la rentabilité. En effet, l’optimisation des tournées des préparateurs de commandes est essentielle car la configuration d’une commande drive nécessite beaucoup de déplacements pour peu de prises, avec une productivité du picking évaluée à 250 articles par heure.

Déjà largement répandus dans les entrepôts classiques, l’utilisation des systèmes de commande Voix et Put to light permettraient d’augmenter la productivité.

Le système de commande voix, qui donne des instructions via un casque filaire ou Bluetooth (picking d’un produit dans telle allée à tel emplacement) permet de fluidifier les flux et d’optimiser la récupération des articles notamment en évitant de passer deux fois au même endroit lors d’une préparation de commande.

Et il se combine parfaitement avec le système Put to light, qui permet de gérer plusieurs commandes à la fois. Il indique à l’aide d’une lumière dans quelle zone du chariot poser le produit récupéré, chacune correspondant à un ordre de commande distinct.

 

Ces dispositifs ont un impact sur le travail des préparateurs en termes de rapidité, mais aussi de qualité puisqu’ils réduisent le nombre d’erreurs. Avec le bon équipement (audio, software et chariot de picking), le ROI peut passer sous la barre des 12 mois par rapport à un drive classique, et déplacer le curseur de la rentabilité vers le vert. La gestion des contenants est une autre piste d’économies. Pour les enseignes qui proposent de récupérer les commandes en cartons, c’est un coût unitaire de 50 ou 60 centimes, et un poste de dépenses non négligeable, en raison des volumes traités. La mise en place de caisses plastiques consignées, ou l’obligation pour les utilisateurs d’amener leurs propres sacs ou cartons réduit d’autant les frais supportés par les distributeurs. De l’optimisation des commandes à la lutte contre les coûts superflus, les gains financiers ne manquent pas, pour remettre le drive sur la bonne route !


Martial Delpuech
Martial Delpuech

Directeur Communication Externe et Marketing Opérationnel

Martial DELPUECH est Directeur Communication Externe chez Hub One. Dans la vie, il est passionné par les arts vivants comme le théâtre, l’opéra et la danse contemporaine. Il est fan de Sidi Larbi Cherkaoui qui représente à lui seul, un symbole de tolérance par le mélange des cultures, et Benjamin Millepied, qui symbolise la rigueur nécessaire pour pouvoir exprimer pleinement son talent. Son gadget technologique préféré : le web. C’est un vrai « internet addict » qui se connecte sur l’un de ses 3 ordinateurs, 2 tablettes ou son smartphone. Et pourtant ce n’est pas un tech !

Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser