Comment garantir une disponibilité de service à 100% ?
16 juillet 2019

Analyse

Comment garantir une disponibilité de service à 100% ?

De plus en plus d’activités digitalisent leurs processus pour gagner en productivité et répondre aux nouveaux besoins de leurs clients. Boutique en ligne, services de paiement mobile ou encore gestion de la clientèle… la disponibilité des réseaux devient un enjeu-clé pour le bon fonctionnement des entreprises.

 

De nouvelles attentes en très haute disponibilité

Il y a quelque temps, subir une coupure ou un ralentissement réseau pouvait passer (presque) inaperçu. Les collègues du service Marketing Communication pestaient un peu de voir le site Internet renvoyer une erreur 404, les boites mails devenaient muettes quelques heures, mais cela ne mettait pas en péril l’activité de l’entreprise.

A l’heure actuelle, du fait de la numérisation des processus métiers, de la part grandissante des ventes sur les canaux digitaux et du tout IP, le moindre dysfonctionnement réseau peut avoir des conséquences critiques sur l’organisation et le chiffre d’affaires d’une société. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises demandent une quasi disponibilité permanente de leurs infrastructures réseau. Même si les standards du marché proposent aujourd’hui une disponibilité assez forte, avec une indisponibilité maximum de 10 heures par an et un rétablissement de service en quatre heures, on observe une hausse sensible des niveaux d’exigence de la part des clients.

 

Peut-on vraiment tendre vers 100% de disponibilité ?

Technologiquement, oui. Dans la plupart des cas, pour un accès Internet ou un réseau d’entreprise, les fournisseurs proposent d’avoir en permanence au moins deux liens. Si l’un des liens tombe, l’autre peut prendre le relai. Cependant, ce système a des limites : l’un des deux liens, dit « passif », est constamment sous-utilisé. Il ne sera en effet utilisé que si le lien principal est indisponible.

Pour augmenter la disponibilité réseau, une solution consiste donc à augmenter le nombre de liens par site. La probabilité que trois, quatre ou cinq liens soient indisponibles au même moment devient extrêmement faible. Pour que cette solution soit économiquement intéressante, il est possible de jouer sur la nature de chaque lien. Un même site peut ainsi être équipé d’un lien fibre et d’un lien 4G par exemple. Chaque lien sera utilisé au maximum de ses capacités, pour un certain type d’usage, selon ses propriétés. Un flux qui passe sur un réseau de type MPLS va avoir un niveau de performance assez fort, avec des bandes passantes importantes, mais un coût d’exploitation relativement élevé. Il convient parfaitement à l’interconnexion d’applications métier stratégiques pour le bon fonctionnement de l’entreprise. En revanche, la navigation des collaborateurs sur le web peut s’effectuer via des liens Internet, fibre ou 4G, qui disposent de bonnes bandes passantes, mais dont la performance est fluctuante au cours de la journée.

Des solutions technologiques, comme le SD-WAN, permettent d’optimiser l’utilisation des liens en fonction de leurs performances attendues. Si un lien tombe, les flux sont alors dispatchés automatiquement sur les autres liens selon des niveaux de priorité définis en amont. De cette manière, il est possible de multiplier les liens réseaux sur un même site, de les utiliser tous en même temps sur des usages différents en fonction de leurs caractéristiques (les liens sont tous actifs), et de réduire la probabilité de subir un blackout général à l’échelle de l’entreprise.

De là à s’engager sur une disponibilité de 100 %, on n’y est peut-être pas encore. Mais on s’en approche de plus en plus. À titre d’exemple, Amazon préfère communiquer sur une disponibilité de 99,99%. Car rappelons-nous qu’en 2017, le géant du web a lui aussi subi une panne généralisée de ses infrastructures. Personne n’est pour le moment à l’abri d’un incident.

 

La philosophie actuelle est donc de gagner en disponibilité moyenne en réduisant la probabilité d’occurrence des incidents. C’est le principe même de l’assurance : comme il est impossible de supprimer les aléas du quotidien, il faut prévoir des solutions de secours de type « ceinture et bretelles ». C’est d’autant plus vrai que les technologies réseaux deviennent de plus en plus complexes. La correction des incidents peut s’avérer extrêmement longue. Les fournisseurs réseaux préfèrent donc proposer des solutions à liens multiples, avec une forte qualité de service, pour satisfaire les besoins en connectivité des entreprises.


Pierre GIRBON
Pierre GIRBON

Chef de Produits Réseaux

Pierre GIRBON est Chef de Produits Réseaux chez Hub One. Depuis plus de 10 ans, il prend la voile pour naviguer sur les mers et océans. Il a déjà entrepris une traversée de la manche et fait régulièrement des croisières en Bretagne et sur la méditerranée. Une passion qui lui a permis au fil des années d’apprendre à collaborer avec des personnes très différentes, à être tolérant et à tempérer les ardeurs. Et dans le désir de vouloir aider son prochain, il œuvre également pour les restos du cœur où il distribue régulièrement des repas depuis 3 ans. Son gadget technologique préféré : c’est le digital. Il lit sur sa tablette, regarde des films sur netfilx, écoute sa musique sur deezer, s’informe sur le web…

Pour être informé en temps réel

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers pour réaliser des statistiques de visites et améliorer l’interface du site internet. Pour vous opposer au dépôt de cookies ou pour d’avantage d’informations, veuillez vous référer à notre politique de confidentialité

Accepter
Refuser